Rapport de participation à la formation organisée par Fundacja po DRUGIE en Pologne

Thème: VIOLENCE HAS A FACE

Rédigé par: Sushmita Kashyap et Monfort Tougouyo Ngada 

Dans le cadre de ses partenariats avec d’autres organisations, l’Association Mitrajectoires a été invitée à prendre part à une session de formation à Suwałki en Pologne par la structure Fundacja po DRUGIE.

Cette structure est une fondation qui œuvre dans la prévention, la lutte contre les violences de toutes sortes de même que l’assistance aux personnes ayant subies des actes de violences. La dite formation a eu lieu du 5 au 11 juin 2017 et portait  sur le thème « VIOLENCE HAS A FACE », en français   « LA VIOLENCE A UN VISAGE ». Elle s’adressait aux organisations œuvrant dans le champ de la jeunesse et la violence domestique.

L’objectif du projet était de développer les connaissances et les compétences des travailleurs avec/pour jeunesse et la famille dans le domaine de l’intervention et de la prévention de la violence. Le projet est axé sur les jeunes qui peuvent être à la fois auteurs et victimes de violence. Il a consisté en une formation de 6 jours en Pologne regroupant 23 participants venant de 6 pays européens. Au rang des organisations ayant pris part à cette session, l’on enregistrait la présence de :

  • Fundacja Po DRUGIE de la Pologne , coordinatrice de cette formation;   
  • AKTO du Portugal;
  • Association DESES3 de l’Espagne;
  • Associazione Daphne de l’Italie;
  • Asociacija “Aktyvus Jaunimas” représentant de la Lithuanie;
  • YouthAim de la Grèce ;
  • International Community of Youths de la Roumanie;
  • Mitrajectoires de la France.

 

Toutes ces organisations travaillent avec les jeunes dans toutes les sphères de la vie sociale et certaines sont plus impliquées dans la lutte contre les violences ayant trait aux jeunes. La particularité de cette formation résulte du fait que tous les ateliers tenus par les différentes organisations présentes ont adopté des méthodes d’éducation non formelle, inclusive (brainstormings, discussions, jeux de rôles, scènes représentatives des situations, sociothérapie, etc.).

Par ailleurs, ce projet a permis aux participants d’acquérir des connaissances, des compétences, de l’auto-réflexion et de l’auto-développement relatif à leurs actions. Nous pensons que chacun a obtenu de nouveaux outils pouvant être employés dans leurs méthodes de travail.

Déroulement

Avoir débuté dans la matinée du 5 juin par une activité de team building durant laquelle tous les participants ont décliné leur identité, nous avons poursuivi avec la présentation des associations dont nous représentions avec les champs d’action, vision et activités réalisées.

Pendant ce séminaire, la définition ou mieux la compréhension de la notion de “violence” a été abordée comme étant une action ou attitude d’une personne en position de force à l’égard d’une autre avec l’une intention de blesser l’autre physiquement, mentalement, émotionnellement etc. Aussi, nous avons réalisé que tout un chacun est potentiellement un auteur/une personne pouvant subir les actes de violence où que ce soit (à l’école, au supermarché, dans un ménage, etc).

Allant dans la même lancée, une cartographie de la violence a été passée en revue par les différentes organisations représentant les pays cités plus haut, ressortant de manière générale que les facteurs à risque, des actes de violence, sont le fait d’être un enfant ou âgé, d’être des personnes avec un faible pouvoir économique, d’être dépendant des autres, le genre, la faible apparence physique et bien d’autres facteurs. S’agissant des formes de violence, les participants ont identifié plusieurs dont celles : physique, psychologique, émotionnelle, institutionnelle, sexuelle, économique, socioculturelle, religieuse qui peuvent se manifester selon le contexte, les acteurs en jeu ainsi que l’environnement où l’on se trouve.

L’apprentissage s’est poursuivi au fil des jours par une succession d’ateliers utilisant des scènes, des discussions, des jeux pour permettre de mieux cerner les contours de la notion de violence sous toutes ses formes. Un autre atelier a également permis de survoler deux (2) types des actes de violence: la violence “froide” qui est préméditée par l’auteur à l’égard d’un tiers avec l’intention de causer du tort à son interlocuteur et celle “chaude” qui est souvent une réaction spontanée à une situation sans vouloir blesser l’autre. En plus de cela, l’assistance a aussi été éclairée sur la notion “seconde victimisation” d’une personne ayant subi ces actes en lui reprochant d’en être quelque part  la cause ou qu’il faudrait comprendre la personne qui “aurait posé l’acte”.

Participation de Mitrajectoires

Dans le but de porter assistance aux personnes qui sont passées par ces situations, Mitrajectoires a animé un atelier avec l’association International Community of Youth de la Roumanie sur “Comment supporter les victimes (la première intervention en famille)”. A ce niveau, nos collaborateurs ont ressorti la peur, la faible estime de soi, l’isolation, la discrétion, le fait de ne pas participer activement en classe, s’absenter, éviter les autres, la timidité manifestée par la baisse constante du regard comme étant des signes des élèves ayant subis des violences. A notre tour, nous avons fait ressortir la situation de vulnérabilité dans laquelle vivent les migrants en France de façon générale particulièrement à Lille et qui les expose à toutes formes de violence. En vue de leur porter assistance sur le plan légal et administratif, faire des plaidoyers pour le droit à la santé, à l’éducation, au logement…nos partenaires ont élargi notre horizon pour mener à bien notre mission que n’importe quelle organisation pourrait nous assister selon les cas auxquels nous faisons face.

Dans les deux cas, il est nécessaire de bâtir l’acceptation de soi, les mettre en confiance en les encourageant par des paroles positives (chose qui a été faite par une activité consistant à ce que chacun tire au hasard un bout papier sur lequel le nom d’un autre est écrit comme ceci “X est spéciale” et mentionner ses qualités et aptitudes, qui leur permettra d’affirmer leur personnalité afin de tout surmonter.

Les autres dimensions traitées lors de cette formation sont le fait que, par moment, les auteurs des actes de violence sont les membres de la famille ou encore des jeunes qui peuvent perpétrer ces actions sur les autres. Dans ces cas, il vaut mieux contacter les services en charge de ces situations (psychologues, travailleurs sociaux, psychiatres, psychothérapeutes…) et garder à l’esprit que ces jeunes ont souvent été victimes, par conséquent deviennent des bourreaux à leur tour. De l’autre côté, il est aussi bien d’encourager le dialogue entre victimes-bourreaux, une sorte de justice réparatrice, car cette méthode allège souvent le poids des actions posées/subies par les 2 parties.

La priorité dans toutes les situations de violence, est  d’écouter ces personnes ayant subies ces actes, créer un environnement de confiance pour les encourager à s’ouvrir et parler ouvertement, car cela est très crucial. Aussi, les faire comprendre que le problème n‘est pas de leur faute et les aider positivement à y faire face.

Lors de cette rencontre, Mitrajectoires a partagé les informations sur ses origines comme étant fondée à l’origine pour soutenir et orienter les étudiants en Médiation interculturelle à Lille en France, puis a vu son champ d’action s’étendre sur la défense des droits et l’interculturalité. Ainsi donc, les activités réalisées, les projets en cours et futurs avec les migrants et les étudiants (étudiants stagiaires) n’étaient pas en reste.

Perspectives

L’association a par ailleurs élargi le réseau de ses partenaires pour des collaborations et la mutualisation des efforts futures avec toutes ces organisations présentes.  

Cette formation contribuera à travers les différentes connaissances et aptitudes acquises à améliorer l’efficacité et la qualité du travail de tous les représentants qui y ont assisté afin de porter efficacement assistance aux jeunes en crise. Un film a été réalisé (et qui sera diffusé dans les jours à venir) par des participants visant à favoriser les attitudes conscientes de tous à l’égard de la violence.

IMG_20170608_194157

 

 

Compte-rendu de l’atelier des pratiques artistiques en collaboration avec Mitrajectoires et EPSM, Fonds d’Art Contemporains

Lieu: 59, Rue de la Barre, Lille.
Date: jeudi 29 juin, 2017
15h-17h30
Participants: 4 adultes – demandeurs d’asiles, 1 MIE. 5 nationalite presente, y
compris deux personnes de participante organisation et 1 de Mitrajectoires.
Rapport redige par Eve Lagarde et Sushmita Kashyap
Date de rédaction :
le 30 juin 2017
Date de l’atelier : 29 JUIN 2017
Horaires : 15H:17H30
Lieu : local de l’association Mitrajectoires à Lille

Contenu :
Atelier de sensibilisation au Fonds d’Art Contemporain Frontières auprès de
migrants soutenus par cette association avec en soutiens une personne du service
pour une orientation sagacité , vers du bénévolat à sa demande auprès de
populations en difficultés.
Présents : Sushmita ( présidente de l’association Mitrajectoires), Hafida , Eve ,
quatre Afghans , un pakistanais et un Guinéen

Présentation de chacun , ils parlent pour la plupart le français ou l’anglais , les
intervenants ont présenté le fonds d’art , le contexte de sa création et ses
objectifs . Son lien avec la santé mentale, son rôle de lutte contre les
discriminations.
L’artiste a partagé avec les participants sur la place des artistes dans leur pays ,
ils y en a très peu en Afghanistan , car le pays est en guerre depuis longtemps et
les artistes ne sont pas libres de s’exprimer et l’art reste quelque chose de rare et
n’est pas présent dans la vie de la population.
Une des personnes a évoqué des problèmes de troubles psychiques et notamment
de mémoire depuis qu’il est arrivé en France il y a un an, il n’a pas eu l’occasion
d’en parler à un médecin , car c’est difficile pour eux dans leur situation
d’accéder à des soins.
Puis, elle a présenté ensuite 5 œuvres du fonds qu’ils ont regardés avec beaucoup
d’intérêt , ils ne souhaitaient pas au départ pratiquer un peu, mais finalement ils
se sont lancé , sur un dessin collectif pour certains et individuel pour d’autres ,
l’occasion aussi pour deux d’entre eux de représenter ce qu’ils vivent lors de
leurs entrée en France et a Calais.
Nous souhaitons continuer à les rencontrer et nous les avons invité a participer à
l’atelier du 11 juillet avec Sushmita à frontières autour de son exposition photo.

Commentaires ajoutés après les interactions avec les participants
présents: L’Association Mitrajectoires eu de retour de deux jeunes le 30 juin
2017, qui ont souhaité participer a l’atelier de 29 juin 2017, mais ils n’ont pas pu être présents. Quelques participants ont exprimé leur envie de continuer avec ce type d’activité.

ATELIER ARTISTIQUE: LE 11 JUILLET DE 10H A 12H ET DE 13H A 15H

ATELIER PROPOSE PAR L’ARTISTE SUSHMITA

 Exprimer et transmettre son propre regard sur les frontières (réelles ou imaginaires) qui nous entourent dans notre vécu quotidien et dans notre espace géographique.

 A travers la discussion, les objets, et la photographie chacun amènera à effectuer quelques étapes/démarches qui vont au-delà de la prise de vue.

 Pour cela il est demandé à chacun, de rapporter un objet qui a un lien avec son origine, un voyage ou autre avec lequel il va travailler et partager avec le groupe .

Un appareil photo si vous en avez un ou un smartphone

 Contact :

Eve Lagarde

art-frontieres@epsm-lm.fr

03-20-43-71-01

 

Captura de Tela 2017-07-11 às 00.04.29

 

Atelier de Pratiques Artistiques gratuit: Jeudi 29 juin 2017

Mitrajectoires, en partenariat avec Fonds D’art Contemporaine Frontière$, vous invite à participer de l’atelier de pratiques artistiques ce jeudi 29 Juin de 15 à 17h30, au 59 rue de la Barre, à Lille. L’atelier est ouvert à tous. Une invitation spéciale aux migrants, demandeurs d’asile, réfugiés pour la #RefugeeWeek.

Informations
Atelier de Pratiques Artistiques avec l’artiste Eva LAGARDE
Jeudi 29 Juin – de 15h à 17h30
50, rue de la Barre 59000 Lille
Inscriptions: mitrajectoires@gmail.com ou sushmita.kashyap3@gmail.com

affiche-atelier-pratiques-artistiques-mitrajectoire

Participation de Mitrajectoires lors de la formation ‘Euro-Mediterranean Living Libraries : Intercultural Dialogue in Youth Work’

Bibliothèque Vivante

Tarragona/ Barcelone mai 10-16 2017

Leidy Jalk  et  Amy Stapleton

b-1

Mitrajectoires est membre de l’organisation Voices of Young Refugees en Europe. A cet effet, deux membres de l’association ont été invités à représenter la France durant six jours dans la formation ‘Euro-Mediterranean Living Libraries : Intercultural Dialogue in Youth Work’ en Catalonia, Espagne.  La formation a été organisée par l’organisation Association of Educators in Human Rights (AHEAD) (site web: aheadedu.org). AHEAD organise des formations diverses et fait des consultations aux ONGs, associations et institutions d’éducation qui travaillent avec les jeunes. Leur mission est de promouvoir l’éducation des droits de l’homme comme une façon à fortifier l’engagement vers la culture de paix, démocratie et la solidarité.

 

L’objectif de la formation était de tisser des liens entre les communautés  pour investir dans la sphère publique et de créer des espaces où les personnes peuvent avoir une expérience de la diversité et déconstruire les préjugés, surtout sur les migrants, les réfugiés et les minorités. Vingt  jeunes de l’Euro-Méditerranean, représentant plusieurs pays dont l’Italie, la Jordanie, l’Espagne, la Slovakie, la Tunsie, la Turkie, le Liban et l’Egypte et cinq organisateurs/ formateurs étaient à cette rencontre d’une semaine, financée par Erasmus Plus.

L’objectif des premiers deux jours était principalement de préparer l’évènement de « Bibliothèque Vivante » à Barcelone. Nous avons découvert la méthodologie en construisant tous les éléments de la Bibliothèque (le choix des histoires, la catalogue, les rôles différents…). Puis, le troisième jour nous avons eu l’expérience d’être chacun un « Livre Humain/Vivant ». Notre objectif était de déconstruire des préjugés divers. Avec l’assistance d’un interprète, nous avons partagé nos expériences aux personnes qui nous ont choisies dans le catalogue. Leidy avait le titre : Motives pour traverser la mer, où elle  présentait le préjugé de l’art comme élément inutile et sans impact dans la société.  Amy avait le titre : Réfugies, Vous n’êtes pas mon problème, et présentait les préjugés sur le fait que les migrants ne sont pas notre soucis, on ne peut rien faire pour eux, ce n’est pas le problème de l’Europe, les contrôles sont les solutions alors que l’Europe est la terre des droits humains.

Pendant les deux derniers jours, nous avons fait les évaluations du projet, après nous avons partagé les bonnes pratiques de nos propres associations et finalement, nous avons contribué à la création d’un guide de bibliothèques vivantes.

Les membres de Mitrajectoires ont envisagé un projet de « Bibliothèque Vivante » à Lille, qui sera présenté aux membres à la prochaine réunion Mitrajectoires. Nous avons aussi appris les différentes façons de postuler pour les fonds européens et nous avons beaucoup promu l’association et nos projets pendant l’évènement. Plusieurs nouveaux liens ont été créés entre Mitrajectoires et les organisations des autres pays participants qui font partie de la région Euro-Méditerranéen, avec des idées sur des prochains projets potentiels.

Soutien aux jeunes mineurs isolés guinéens

L’Association Mitrajectoires organise un pot commun afin d’aider un groupe de jeunes mineurs isolés guinéens à obtenir leurs passeports guinéens. Ils doivent récolter 4000€ jusqu’à fin mai 2017.

Afin de récolter cet argent, nous avons créé un pot commun: https://www.lepotcommun.fr/pot/nfpvquhi

Toute aide sera très utile!

Nous vous remercions pour votre participation!

Pour plus d’info, merci de contacter: mitrajectoires@gmail.com ou appeler le +33751306713

 

dons-jeunes-mitra